Action en responsabilité contre une personne publique : pas de délai « CZABAJ »

Action en responsabilité contre une personne publique : pas de délai « CZABAJ »

Publié le : 25/10/2019 25 octobre Oct. 2019
TEN France attire l’attention sur l’arrêt récent du Conseil d’Etat du 17 juin 2019 (Centre Hospitalier de VICHY, n°413097)

Une décision individuelle de l'administration ne peut normalement être contestée que dans le délai de deux mois qui suit sa notification mais à la condition que ce délai, ainsi que la juridiction à saisir, soient mentionnés dans la décision elle-même ou dans l'acte de notification qui l’accompagne.

Par le passé, lorsque les voies et délais de recours n'étaient pas mentionnés par l'administration, le juge administratif considérait qu'ils n'avaient jamais commencé à courir, ce qui permettait au destinataire de contester la décision plusieurs mois, voire plusieurs années, après l’avoir reçue.

Au nom du principe de sécurité juridique, le Conseil d'Etat, par un arrêt d'Assemblée du 13 juillet 2016, CZABAJ, n°387763, est venu préciser que toute décision individuelle qui ne mentionne pas les voies et délais de recours ne peut être contestée, sauf circonstances particulières, que dans un délai d’un an à compter de la date à laquelle le requérant en a eu connaissance.

Si ce principe est applicable aux recours pour excès de pouvoir, qui tendent donc à contester la légalité d'une décision, il ne s'applique pas, en revanche, aux actions en responsabilité dirigées contre les personnes publiques.

En effet, le Conseil d'Etat, par un arrêt du 17 juin 2019 (Centre Hospitalier de VICHY, n°413097), a précisé qu'en matière de responsabilité des personnes publiques, la prise en compte de la sécurité juridique, qui implique que des situations consolidées par l'effet du temps ne puissent pas être remises en cause indéfiniment, est ici assurée par la règle de prescription de quatre ans prévue par la loi du 31 décembre 1968 et par celle de 10 ans de l'article L. 1142-28 du code de la santé publique pour les dommages corporels.

Jean-Philippe LACHAUME, avocat associé TEN France, spécialisé en droit public,
 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.