Employeurs : vérifiez le montant des cotisations que vous versez aux services de santé !

Employeurs : vérifiez le montant des cotisations que vous versez aux services de santé !

Publié le : 05/11/2018 05 novembre Nov. 2018
Il appartient aux employeurs de financer les dépenses liées à la santé de leurs salariés.

Pour ce faire ils se rallient, pour la majorité d’entre eux, à un service de santé au travail interentreprises (SSTI) auquel ils versent une cotisation annuelle.

Selon l’article L 4622-6 al 2 du Code du travail cette cotisation doit être répartie « proportionnellement au nombre de salariés ».

Cependant, malgré ces dispositions légales, certains services interentreprises fondent leur appel de cotisations, non pas sur le nombre de salariés effectifs, mais sur la masse salariale des entreprises ou encore sur un système mixant les deux critères.

Dans son arrêt du 19 septembre 2018, la Cour de cassation se prononce pour la première fois sur ce sujet.

En l’espèce, une société, adhérente à un service de santé au travail, avait cessé de régler ses cotisations en contestant le mode de calcul de celles-ci, qui s’effectuait « en fonction des risques spécifiques du poste de travail et de la masse salariale avec un plafond et un plancher par salarié ».

Ainsi, le montant de la cotisation était calculé en prenant en compte :

la masse salariale,
le risque spécifique du poste de travail occupé,
Le tout étant rapporté au nombre total de salarié.

La Cour de cassation, comme l’avait fait la cour d’appel, censure ce mode de calcul et rappelle le principe de droit.

Elle énonce :

« Qu’aux termes de l’article L 4622-6 du code du travail, les cotisations dues par les employeurs lorsqu’ils adhérent à un service de santé au travail interentreprises correspondent aux dépenses afférentes à ces services réparties proportionnellement au nombre de salariés ; qu’il résulte que la cotisation doit être fixée à une somme par salarié équivalent à un temps plein de l’entreprise, correspondant au montant total des dépenses engagées par le service de santé interentreprises auquel adhère l’entreprise rapporté au nombre total de salariés  pris en charge par l’organisme, que seul peut être appliqué le cas échéant à ce calcul un coefficient déterminé correspondant au nombre de salariés nécessitant une surveillance médicale renforcée »

Ainsi, le calcul à appliquer est le suivant :

(Nbre total des dépenses de l’organisme engagées pour l’ensemble des entreprises / Nbre total de salariés des entreprises adhérentes ) X effectif de l’entreprise concernée

Cette position de la Cour de Cassation rejoint celle du Conseil d’Etat qui avait déjà retenu cette méthode de calcul (décision du 30 juin 2014 n°365071).

Précisons enfin que l’arrêt de la Cour de Cassation du 19 septembre 2018 a fait l’objet d’une très large diffusion et d’une note explicative, afin d’essayer de faire changer les pratiques des SSTI.

Préconisations :
vérifier à chaque appel de cotisations que le SSTI auquel vous adhérez applique la méthode de calcul liée à l’effectif de l’entreprise,
à défaut lui demander son application,
en cas de refus, se rapprocher de son conseil habituel.

Historique

<< < 1 2 3 4 5 > >>
Information sur les cookies
Ce site utilise des "cookies" pour effectuer de la mesure d’audience, ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vos données personnelles ne sont pas collectées et ces cookies ne représentent aucun danger pour votre équipement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations Moins d'informations
Les cookies sont des fichiers textes utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site n’utilise que des cookies d'identification, d'authentification, d’analyse de mesure d'audience ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez cependant vous opposer à la mise en place de ces cookies en désactivant cette option dans les paramètres de votre navigateur.
Nous vous invitons à consulter les instructions de votre navigateur à cet effet et vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
J'ai compris