SOCIAL – « FLASH » : Les modalités du télétravail précisées dans un Questions/Réponses du Ministère du travail

SOCIAL – « FLASH » : Les modalités du télétravail précisées dans un Questions/Réponses du Ministère du travail

Publié le : 18/05/2020 18 mai mai 2020
Le Ministère du travail[1] vient de fournir des réponses à un certain nombre de questions relatives à la mise en place – ou la poursuite – du télétravail dans l’entreprise dans le contexte du déconfinement progressif en place depuis le 11 mai.

Il est rappelé que depuis le 17 mars et jusqu’à nouvel ordre, le télétravail doit être « systématiquement privilégié » et peut être imposé au salarié. 

L’employeur peut refuser le télétravail, mais il doit alors démontrer en cas de contestation que la présence de son salarié sur le lieu de travail est « indispensable au fonctionnement de l’activité » (C’est le cas par exemple si l’employeur est dans l’impossibilité de connecter le salarié à distance ou si les missions du salarié ne peuvent s’exercer selon ce mode spécifique).

Le télétravail doit se faire uniquement pendant des temps de travail effectifs (et non en congés, en jour de repos ou de récupération ou encore en activité partielle, mais il est possible d’alterner des jours de télétravail et d’activité partielle ou encore des jours de télétravail et des jours de présence physique dans l’entreprise ; c’est l’employeur qui va déterminer la quotité de travail pouvant être exercée en télétravail.

Les temps de repos et de déconnexion doivent rester inchangés : dans ce cadre, on peut envisager de rappeler au salarié les horaires contractuels à effectuer.

Il est n’est pas nécessaire de contractualiser un télétravail, mais une formalisation par écrit sera néanmoins la bienvenue pour les jours concernés par le télétravail (exemple : un échange de mails).

Aucun délai de prévenance n’est nécessaire mais l’anticipation permettra une meilleure organisation.
Le salarié n’est pas tenu de réserver un espace de travail dédié à son télétravail, sauf si une charte de l’entreprise le prévoit.

L’employeur n’a pas à indemniser le salarié en télétravail ; en revanche, le salarié n’a pas l’obligation d’utiliser son ordinateur personnel de sorte que l’employeur qui souhaite mettre en place le télétravail devra soit obtenir l’accord du salarié pour l’utilisation du matériel de ce dernier, soit lui fournir un ordinateur.

Le salarié reste couvert en cas d’accident de travail.

Des actualités régulières sur le site de TEN France (www.tenfrance.com) et sur les pages Facebook et LinkedIn du cabinet

 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.